« Les vélos en libre service, qui sont là pour longtemps, nous donnent une belle occasion de repenser la mobilité et l’espace public. »

« Les vélos en libre service, qui sont là pour longtemps, nous donnent une belle occasion de repenser la mobilité et l’espace public. »

« Le débat sur les vélos en libre service (VLS) nous frustre. Sous couvert de défendre un “service public de vélo” et de lutter contre le libéralisme sauvage, la plupart des critiques des VLS nous paraissent passer à côté d’une occasion de mieux comprendre ce qui se joue et se teste en ce moment dans la ville. Et ceux qui pensent que le retrait de Gobeebike et l’écrémage des vélos les plus fragiles marquent la fin de l’histoire en seront pour leurs frais : outre que les acteurs qui restent sont loin d’avoir dit leur dernier mot, Uber est en train de mijoter Jump, sa propre offre de VLS, avec des arguments de poids et la force de frappe qu’on lui connaît. »

 

En savoir plus
Compétences

Posté le

6 mai 2018

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *